Décidément Aaton ne fera pas confiance à la langue française pour vendre ses produits. Pourtant les grandes industries du luxe savent combien les noms à consonance francophone sont porteurs de marché.

Cantarine avait un air de légèreté, de soleil, de sucré, de virevoltant, de féminité qui se mariait si bien avec Cantar. Mais la voilà à présent affublée de l'horrible néologisme anglo-saxon asexué CantaRem, certainement contraction pour Cantar Remote.

Cantarem
Certes les anglophones prononcerons [cantari'm] ; pour eux, seule la dernière consonne diffère en substituant une labiale fermée descendante à une dentale ouverte, elle est loin de la sonorité cristalline de notre gracieux suffixe 'ine'. Et voilà qu'ici tout le monde prononce [cantarèm], un rien guttural et nettement moins chantant.

Cantarem en occitan est un indicatif futur, un imparfait du subjonctif en latin, faut-il y voir l'aveu d'une chose en devenir pas encore parfaite ?